Construire Ensemble la Politique de l'Enfance

 

Le député de La République en marche (LREM) Adrien Taquet vient d’être nommé ce vendredi secrétaire d’Etat chargé de la Protection de l’enfance, auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, DdAgnès Buzyn. Annoncée par l’Elysée, sa mission sera de mettre en œuvre la «stratégie nationale pour la protection de l’enfance et de l’adolescence» qui devrait être présentée lundi après des mois de reports.

Cette nomination marque une accélération du chantier de la protection de l'enfance, engagé à l'automne 2017 avec le lancement d'une "stratégie nationale de protection de l'enfance et de l'adolescence 2018-2022"

"Aujourd'hui, plus de 300.000 enfants bénéficient de mesures de protection qui sont mises en œuvre par les départements, qui font un bon travail, qui font même souvent un très bon travail. Mais il est clair que nous devons faire mieux" a déclaré le 1er ministre. (Cette allusion au "très bon travail des départements" - qui consacrent chaque année huit milliards d'euros à l'aide sociale à l'enfance - répond notamment au documentaire de France 3 sur les enfants placés diffusé le 16 janvier et qui, en s'appuyant sur quelques cas de maltraitance ou de dysfonctionnements institutionnels , dressait un tableau entièrement à charge et dénigrait l'action des départements et des travailleurs sociaux .

A suivre...


 

cep-enfance.blogspot.fr

Logo d finitifcep.enfance@gmail.com

Lettre ouverte du collectif CEP-EnfanceAffichecepepunchiea4cmjnjpeg

« Construire Ensemble la Politique de l'Enfance »

aux candidats à l'élection présidentielle 2017

Dans la période récente, la politique de l’enfance et de l’adolescence a connu des évolutions institutionnelles, législatives et sur le plan des pratiques :

  • Création en février 2016 d'un ministère notamment chargé de l'Enfance.
  • Création en décembre 2016 du Conseil de l'Enfance et de l’Adolescence au sein du Haut Conseil de la Famille, de l'Enfance et de l'Age. Fruit notamment de la mobilisation du collectif «CEP-Enfance »[1].
  • Création du Conseil National de la protection de l'enfance.
  • Publication d'un texte cadre national de l'accueil du jeune enfant à la suite du rapport sur le développement des jeunes enfants et les modes d'accueil.
  • Place de la PMI confortée par la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016, comme dispositif de prévention et de promotion de la santé en faveur de l'enfant.
  • Adoption définitive par l'Assemblée Nationale en décembre 2016 de l'interdiction des violences faites aux enfants (projet de loi «Égalité et Citoyenneté») et mise en place du programme de lutte contre la violence faite aux enfants.
  • Création au sein de l’Éducation Nationale d’un corps de psychologues de l’Éducation Nationale chargé de contribuer à la réussite scolaire de tous les enfants et de mobiliser leurs compétences professionnelles au service des enfants et des adolescents pour leur développement psychologique, cognitif et social.

En dépit de ces initiatives les inégalités dans l'enfance s’aggravent, le mal être de nombreux enfants et de leur famille s’accroît… et les réponses apportées par les pouvoirs publics restent trop souvent limitées face à l’ampleur des situations constatées, quand elles ne sont pas inappropriées. Quel avenir pour un pays sans une politique ambitieuse et cohérente pour l’enfance et la jeunesse?

Le collectif «CEP-Enfance» soutiendra pour sa part tous les projets politiques et initiatives institutionnelles en faveur de la cause des enfants et des adolescents à l’occasion de la prochaine mandature. Il s'agit de parachever le cadre à partir duquel repenser les politiques publiques en matière d’enfance et de jeunesse.

Un long chemin reste à parcourir pour qu'un cap général et clarifié puisse être établi et mis en œuvre en faveur de l'Enfance.

Vous êtes candidat à l’élection présidentielle. Votre programme ne saurait ignorer des propositions favorables à l’enfance, l’adolescence et la jeunesse. Nous attendons au contraire les voir affirmées clairement.

Parce que le collectif «CEP-Enfance» rassemble plus d’une centaine d’organisations de tous champs : santé, social, justice, culture, éducation, loisirs..., demandant toutes la mise en œuvre d’une véritable politique de la petite enfance, de l’enfance et de la jeunesse co-construite avec l'ensemble des acteurs concernés, il entend aller à la rencontre des candidates pour leur poser cette question fondamentale : «Quelle est votre ambition, qu'elle sera votre politique pour l’enfance et la jeunesse?».

Il s'agit de reconnaître en fait et en droit chaque enfant[2], chaque adolescent comme une personne unique, dont le développement est singulier, et qui est titulaire des mêmes droits que tout être humain, mais qui nécessite une écoute et une attention particulières au titre de ses possibilités propres et spécifiques. Pour ce faire nous vous transmettons ces 10 propositions et vous demandons votre engagement pour y donner suite si vous êtes élu-e à la présidence de la République :

  • Prendre en compte et répondre aux besoins des enfants en termes d’accueil, de santé, d’éducation[3], de culture, de loisirs, de jeux, de repos, d’émancipation et de bien-être, au sein de sa famille et de la société, et au sein d'institutions et services qui contribuent favorablement à son développement.
  • Définir et mettre en œuvre, dans le cadre d'une instance ministérielle pérenne dédiée à l'enfance, des priorités de politique publique en faveur des enfants, telles que la lutte contre les situations de pauvreté qui affectent plus de trois millions d'enfants ou l'action résolue contre l'ensemble des facteurs environnementaux qui nuisent au développement et à la santé des enfants[4].
  • Assurer à chaque enfant, et spécialement aux enfants qui vivent dans des situations de pauvreté, de vulnérabilité, de handicap, des conditions de vie dignes et épanouissantes, dès la naissance jusqu’à l’entrée dans l’âge adulte.
  • Accorder une large place à la prévention des difficultés et du mal-être de l’enfant, aussi précocement que possible avant leur éventuel cumul, tout en respectant la singularité, la variabilité et la liberté du développement de chaque enfant et des processus de parentalité.
  • Promouvoir une prévention prévenante[5], humaniste et éthique, qui évite les dommages occasionnés à la personne en prenant soin de sa dignité et en soutenant sa capacité à reprendre confiance en elle-même et en la société. C’est aussi à partir de cette démarche qu’il convient de repenser un accompagnement et une préparation à l’orientation du jeune, trop exclusivement et précocement définie aujourd’hui du seul point vue de la rationalité économique et de l’insertion professionnelle.
  • Garantir à chaque enfant et à tous les enfants, sans aucune distinction de condition, un accès aux mêmes droits fondamentaux et indivisibles reconnus par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, qu’il s’agisse des droits sociaux, économiques et culturels ou des droits civils et politiques.
  • Sortir des cloisonnements institutionnels en favorisant le travail collaboratif avec et autour de l’enfant.
  • Travailler sur la continuité des espaces et des temps de vie de l'enfant.
  • Repenser les formations des professionnel-le-s intervenants auprès des enfants. Développer des formations professionnelles initiales et continues, hautement qualifiantes, s'adressant à toutes les
  • professionnel-le-s travaillant auprès des enfants et des jeunes, de l'aube de la vie à l'âge de jeune adulte. Travailler la coéducation parents professionnel-le-s et la cohérence entre les champs d'intervention, dans une approche globale et concertée de l'enfant.
  • Définir des moyens suffisamment conséquents et pérennes, consacrés aux institutions et dispositifs en charge des enfants, pour ne pas conditionner la politique de l’Enfance à des ajustements budgétaires conjoncturels qui rendent impraticables toute forme d’action à visée émancipatrice et qui nuisent à la pérennité des dispositifs et des projets et à la sérénité des équipes et des enfants.
  • Privilégier une réelle participation des enfants et des jeunes dans toutes les dimensions : territoriale, institutionnelle... et sur tous les domaines qui les concernent.
 

[1] Rappelons que ce conseil rassemble des élus et les administrations des secteurs de l’Enfance, mais aussi des représentants du secteur associatif et des acteurs de terrain, parmi lesquels deux membres du CEP-Enfance. De plus un collège de 12 enfants et d'adolescents est associé au Conseil Enfance du HCFEA, ce qui constitue une première dans un organisme officiel en France.

[2] Par « enfant », nous entendons, au sens de l’article 1 de la Convention internationale des droits de l’enfant, « tout être humain âgé de moins de 18 ans ».

[3] Qui inclut l'école et l'ensemble des acteurs contribuant à l'éducation.

[4] Cf. les priorités de politiques publiques à promouvoir dans le champ de l'enfance, retenues par les 107 organismes partie prenantes du CEP-Enfance (doc "Alertes" en PJ).

[5] Sur la notion de pratique « prévenante » cf. la postface de : Collectif « Pasde0deconduite » La prévention prévenante en action, éditions Erès 2012, p.228-232


Communiqué de presse du CEP-Enfance 9 décembre 2015
L'ENFANCE OBTIENT ENFIN SA PLACE DANS UN HAUT CONSEIL AUPRÈS DU PREMIER MINISTRE
Le Parlement, dans le cadre de la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, crée un Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Age, (HCFEA) qui comportera une formation spécialisée dédiée à l'Enfance.
Pour la première fois, une instance consacrée à l’enfance est instituée au sein d’un Haut Conseil placé auprès du Premier Ministre.  Le CEP-Enfance, collectif Construire Ensemble la Politique de l’Enfance se réjouit de cette avancée.Depuis janvier 2014 nous agissons pour la création d’un Conseil National de l’Enfance et d’une instance interministérielle en vue de construire une grande politique de l’enfance1.
Le CEP-Enfance se félicite que sa mobilisation, partagée par de nombreux acteurs du monde de l’enfance, ait permis ce premier succès.
Demain ce HCFEA doit nous conduire à l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique globale et cohérente en faveur de l’enfance, construite avec l’ensemble des acteurs concernés et engagés dans ce domaine.
Ainsi, les actions du collectif CEP Enfance vont se poursuivre avec toutes les forces qui le composent pour qu’une telle politique advienne.


Contacts : Elsa Deransart  et Natacha Chartier @ : c  e  p  .e  n  f  an  c  e  @  gma  il  .  c  om Blog : cep-enfance.blogspot.com Twitter : ht  t  p  s      ://t  wi  tt  e      r  .      c  o  m  /  c  e  p      e  n  f  a  nce Facebook : collectif CEPE - Construire Ensemble la Politique de l'Enfanc


Logo d finitif

Le 17 juin 2015, lors du remaniement au sein du gouvernement, Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie, s'est vu confier l’Enfance.

 

Le collectif Construire Ensemble la Politique de l’Enfance se félicite de cette avancée.

Lors de nos rencontres avec Madame Laurence Rossignol, la qualité des échanges a toujours démontré une écoute et une compréhension de nos propositions.

C’est un point d’étape majeur pour notre collectif qui voit en cette nouvelle dénomination du portefeuille de Madame Rossignol, une première prise en compte institutionnelle de nos travaux et de nos appels à construire ensemble une politique de l’enfance qui porte un regard global sur le développement de l’enfant en lien avec ses environnements.

Nous réaffirmons à Madame la secrétaire d’État et au gouvernement notre motivation à contribuer à un vrai projet pour l’enfance avec, notamment la création d’un Conseil national de l’enfance, et, à une véritable politique d'ensemble favorable à tous les enfants, et qui leur soit dédiée. Une politique qui reconnaît chaque enfant comme une personne unique, dont le développement est singulier, titulaire des mêmes droits que tout être humain, mais qui nécessite

une écoute et une attention particulières au titre de ses possibilités propres et spécifiques d’enfant.

 

Contacts : Anne Masson et Elsa Deransart

adresse mail : c e p .e n f an c e @ gma i l . c om

 

Construire Ensemble la Politique de l'Enfance :

blog:cep-enfance.blogspot.com

ht t p s ://t wi tt e r . c o m / c e p e n f a nce

facebook : collectif CEPE - Construire Ensemble la Politique de l'Enfance


QU’EST CE QU’ON FABRIQUE AVEC LES ENFANTS ?"

Le samedi 24 janvier 2015, organisé par le collectif Construite ensemble la politique de l’enfance (CEP-Enfance) en présence de Geneviève Avenard, défenseure des enfants, de Laurence Rossignol, secrétaire d’État chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie, auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé et de Marie-Josée Chombard de Lawne, pédopsychiatre et résistante.

CEP-Enfance, le 24 janvier 2015 à la Bourse du travail (Paris 10e)

Cette journée de réflexion a réuni plus de 300 participant-e-s en séances plénières et ateliers thématiques autour de quatre thèmes :

- Temps et espaces de vie de l’enfant : sortir de la fragmentation !

- Grandir : entre long fleuve tranquille et parcours du combattant ?

- Entre performance et compétition, comment vivre son enfance ?

- L’enfant qui coûte et l’enfant qui rapporte : à qui profite l’enfant ?

La secrétaire d’État chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie, auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé a donné son point de vue et les perspectives sur : l’instance interministérielle qui ne serait plus une forme pertinente d’action et de coordination des politiques publiques

le conseil national de l’enfance pour lequel elle propose que le CEP-Enfance fasse des propositions pour modifier les missions du Haut conseil à la Famille et des Âges de la vie en y intégrant un volet "enfance"

 

Retrouvez tout cela sur le blog: http://cep-enfance.blogspot.fr/  dans l'onglet "évènements".


L'ANPASE s'est engagé au sein du collectif CEPE.

Nous, acteurs du monde de l'enfance, rassemblés au sein du Collectif CEPE – « Construire Ensemble la Politique de l’Enfance », constatons depuis de nombreuses années l'absence d'une politique nationale globale et cohérente pour la petite enfance, l'enfance et la jeunesse.
Nous appelons à la mise en place de cette politique par la création d'un dispositif combinant deux instances:

Un Conseil National de l’Enfance

Une Instance Interministérielle à l’Enfance.

L‘enfant est au centre de nos préoccupations et de nos actions. Pour nous, chaque enfant est une personne unique dont le développement est singulier ; il est titulaire des mêmes droits que tout être humain mais il nécessite une écoute et une attention particulières. Les questions liées à l’enfance et à la jeunesse sont complexes, car elles sont multidimensionnelles:

sociales, 

psychologiques, 

médicales, 

éducatives, 

politiques, 

économiques, 

culturelles et éthiques 

et pluri-institutionnelles. 

Elles concernent de multiples acteurs, tant politiques que relevant de la société civile : État, Collectivités territoriales, Sécurité sociale, Associations… et en premier lieu les parents et les familles.

L'action politique se doit d'être ambitieuse sur ce sujet qui concerne l'avenir de notre société : les enfants d'aujourd'hui sont les adultes de demain. C'était tout le sens d'une des priorités affirmée par le candidat François Hollande. « Je veux remettre l’éducation et la jeunesse au coeur de l’action publique ». Cependant les mesures et l'organisation mises en place par le gouvernement ne sont pas à la hauteur des enjeux ! En particulier, elles ne remédient pas à l’éclatement et au cloisonnement des politiques. Il manque une instance politique nationale forte qui fixe le cap pour une prise en compte globale de l’enfant, dès le plus jeune âge jusqu'à l’âge adulte.
Et pourtant, partout des actions se développent et démontrent une pertinence qui ne demande qu'à être transmise, par une meilleure coordination au niveau national. Ces initiatives font la preuve qu'une autre logique est possible, que d’autres conceptions de l’enfant, humanisantes et éthiques se pratiquent. Une approche de l'éducation au sens large, et une prévention, prévenante et non stigmatisante, pourraient devenir la matrice d'une politique renouvelée de l'enfance.
Nous, signataires du présent appel, demandons solennellement : LA MISE EN PLACE D’UNE VÉRITABLE POLITIQUE DE L’ENFANCE ET DE LA JEUNESSE, porteuse d’une vision globale de l’enfant, tout en permettant une prise en compte des spécificités inhérentes à chaque âge et à la variété des situations que les enfants rencontrent.
Elle doit être co-construite par l’ensemble des acteurs et des décideurs concernés: Enfants, Parents, Pouvoirs publics, Professionnels, Acteurs de la société civile.

Pour cela nous appelons à constituer d'urgence un DISPOSITIF COMBINANT DEUX INSTANCES,

Un CONSEIL NATIONAL DE L’ENFANCE ainsi qu'une INSTANCE INTERMINISTÉRIELLE À L’ENFANCE, qui rassemblent et portent cette politique nationale de l’enfance et de la jeunesse, coordonnée depuis l’aube de la vie jusqu'à l’entrée dans l’âge adulte.


 

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 28/01/2019