13 et 14 Octobre 2016 à Lille

Journées de Lille

20161013 140249 2

Les journées de Lille ont été un temps d'échange et de formation "captivant" ont dit certains, "pertinent" on dit d'autres, mais certains sont sans doute restés sur leur faim. En premier lieu c'est les intervenants qu'il nous faut remercier. En voici la liste complète.

Plaquette lillePlaquette lille (2.55 Mo)

  • Luc FOUARGE  Educateur formé à la psychothérapie. Il accompagne en réseau des jeunes et leurs familles où avec leurs lieux d’accueil familial ou collectif. Avec de amis il a participé à la création d’IMP 140, MèTIS-Europe, et a dirigé l’IMP 140, le COGA à Leernes(B).
  • Manuel BOUCHER est sociologue, Directeur scientifique du Laboratoire d’Etude et de Recherche Sociales de l’Institut du Développement Social – IRTS de Haute-Normandie. Docteur en sociologie de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, titulaire d'une Habilitation à Diriger des Recherches.
  • Bernadette TILLARD Chercheur(e), Professeure de sociologie à l'université de Lille1 (Objets de recherche : les relations entre les familles et les professionnels des champs sanitaire et social).
  • Patrick GRAVE de l’association SOS Petits Princes, une association de loi 1901, qui aide, soutient et accompagne les familles lors de décisions de justice ou de placements d'enfants.
  • L’équipe DEFI des Moutatchous:Elodie VERMESSE et Céline SANTENS
  • L’équipe Arobase du service de « placement à domicile » de la SPReNe: RYCKELINCK Nele, MINART Marjorie, Alexandre CACHEUX
  • L'équipe DIAPASON du service de « placement à domicile »de l'EPDSAE: LAURENT Christine et SISCA Marco
  • Claudine ANQUETIL, Formatrice en Relations Humaines, Analyse transactionnelle et Thérapie familiale, Université de Lille, Superviseur individuel /équipe
  • Guy HARDY a été directeur d’un centre d’aide contrainte aux familles. Formateur en Approche systémique, il est l’auteur de « S’il te plait, ne m’aide pas! » ERES, 2011. 
  • Audrey RINGOT, Présidente de l’APMF, Éducatrice spécialisée DE, Médiatrice familiale DE, Formatrice formée à l'analyse systémique, à la gestion des conflits, à l'Approche Médiation,...
  • Raoul DUBOIS, Délégué au CCRPA Conseil Consultatif Régional des Personnes Accueillies / accompagnées
  • David PAYAN, LECOINTRE Christophe, MARY Catherine de la MECS de la Communauté Coste, Nîmes; utilisateur de la Clinique de Concertation pour restaurer  les positons de responsabilité parentale quel que soit la situation des parents.
  •  Catherine SELLENET est professeur des universités en sciences de l'éducation (Université de Nantes) et chercheur dans l'équipe « éducation familiale et interventions sociales auprès des familles » du CREF, Paris X-Nanterre. Psychologue clinicienne de formation, docteur en sociologie et titulaire d'une maîtrise de droit.

 

Risquez la confiance pour créer du lien !

Prochaines journées de l'ANPASE sur le placement à domicile

 

Orages

Quand la façon d’être en lien fait souffrance pour un enfant et sa famille, sur lequel se porte le regard social, une mesure de protection est alors envisagée.

« Protection » a longtemps signifié « éloignement » ; le placement, élément fondamental sur lequel a reposé le système de protection de l’enfance en danger a montré ses limites.

La loi du 5 mars 2007 s’est inscrite, entre autres, dans la volonté de faire évoluer le dispositif de protection de l’enfance pour élargir la palette des possibilités d’actions en direction de l’enfant et de sa famille.

Quand les parents n’arrivent plus à penser l’enfant, faute d’énergie, faute à trop de souffrance, faute à personne, le recours au placement, permet à l’enfant et à sa famille, de trouver une réponse plus adéquate à leurs besoins.

Quand les parents peuvent se mobiliser pour que les choses changent, c’est la capacité des professionnels à faire évoluer la situation par le recours à un placement « dit » à domicile qui se trouve interrogée. Celui-ci devra alors :

  • Etre le passeur qui permet en toute sécurité à l’enfant et à sa famille d’expérimenter d’autres façons d’être en lien et passer à un autrement entre eux.
  • Adopter des postures d’accompagnement où l’autre se sent reconnu dans son altérité.
  • Accompagner la diversité dans la manière d’être parent, du au milieu social, à l’habitat, au niveau de vie, à la composition familiale, aux croyances, ainsi qu’aux modes et aux références éducatives...

Un nouveau paradigme est en train de se mettre en place, où l’on travaille avec un regard positif, en s’appuyant sur les potentialités et sur les richesses de la personne, plus que sur ses failles.

Et ça change tout. Il y a matière à modifier l’organisation de l’action sociale, à re-tricoter l’accompagnement social

La compétence du travailleur social ne réside plus alors dans le fait de trouver des solutions, pour les parents ou sans eux, mais dans sa capacité de passer de la posture de l’expert à celle d’agent de changement. En s’appuyant sur la négociation, il met en mouvement les personnes et les autres acteurs concernés ! En prenant le risque de la confiance, il crée du possible !

 

L’ANPASE, pense qu’« Accompagner autrement » c’est devenir ce « passeur » cette personne-ressource qui aide la famille à occuper toute sa place.

Dans le droit fil du colloque de Biarritz, nous vous invitons à vous intéresser à ces systèmes d’intervention qui facilitent l’émergence de la compétence des familles.

Vous aurez ainsi l’occasion d’échanger avec des personnes ressources quant à ce type d’accompagnement ainsi qu’avec les professionnels des services S.A.A.M.A.D. qui se sont créés dans la région Nord !

************************************************************************************************************************

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 21/12/2017